CENTIEME ANNIVERSAIRE DE LA GUERRE 14-18

03/09/2018

Guy Massart raconte…
 

 

Monsieur Wennin

 

Mon Papa, Joseph Massart, est né en 1895 à Evegnée rue Tempiet 16. A l'âge de 6 ans, il fréquente l'école communale d'Evegnée; il a certainement comme instituteur Monsieur Dumont ou Monsieur Wenin. Monsieur Wenin qui fut volontaire durant la guerre de 1914 est mort à Ostende décapité par un train à la fin du conflit. Papa fréquente ensuite l'école moyenne au Collège à Herve et il réalise un stage comme étudiant en Allemagne (déjà Erasmus !). Du 7 au 23 août 1914 à l'offensive allemande, Belges, Français, et Anglais se retrouvent côte à côte lors de « la Bataille des frontières ».

   

De gauche à droite : Arnold Gérard, le Commandant et Papa.

Mon père à 19 ans lorsque le gros des armées allemandes envahit la Belgique pour pénétrer en France. Au passage, l'armée allemande commettra les atrocités qui ont fortement marqué notre région à Labouxhe et à Rabosée.

 

Des soldats et des civils sont fusillés au nom de la Liberté. Après quelques mois d'occupation par les allemands, quand la guerre éclate, le gouvernement néerlandais affirme sa neutralité. Par amour pour leur pays et par sens du devoir, Papa et son ami Arnold Gérard de Retinne décident de traverser les barbelés dressés le long de la frontière hollandaise. Ils ne sont pas partis à l'aventure car Papa avait connu un certaine Louise qui était venue apprendre le français chez Mornard à Tignée. (ancienne ferme Mordant en face de la Petite Fournée à Tignée au Rond Point…).

 

Les familles Mornard et Smeysters se connaissaient comme négociants en bétail et faisaient du commerce ensemble. Ils trouvèrent refuge dans la famille dans le Limbourg hollandais à Nuth. Les Pays-Bas se trouvent alors confrontés à un afflux de milliers de réfugiés belges. Après quelques semaines passées en Hollande et malgré une neutralité officiellement affichée, les Pays-Bas optent pour le choix d'officialiser les belges sans passeport. Nos deux compagnons décident de rejoindre le port de Flessingue et ils s'embarquent pour l'Angleterre.

 

Deux jours plus tard, ils sont à Londres. L'Angleterre est aussi en guerre contre l'Allemagne; de nombreux engagés volontaires combattront le plus souvent dans les rangs de garnisons belges ou françaises

 

Papa réalise son instruction dans une garnison des environs de la ville du Mans et il est nommé sous officier dans l'artillerie. En tant qu'artilleur de canon de gros calibres il n'a jamais été en contact direct avec l'ennemi; les tirs étaient surtout de longue portée en arc de cercle. Une seule fois il a du tirer en ligne directe sur la tour d'une église… Mais il a essuyé les bombardements des canons allemands.

L'hiver 1917-1918 est très rude et l'été est caniculaire. Les combattants devaient garder des journées entières le masque à gaz à cause des attaques de l'ennemi au gaz moutarde. (un composé chimique cytotoxique et vésicant qui a la capacité de provoquer de graves brûlures de la peau et des yeux).

Pendant les périodes de repos, il est même allé en congé à Lourdes. Il avait là bas une marraine de guerre qui l'appréciait beaucoup et qui lui envoyait des colis et des lettres de réconfort. Pour la remercier il lui a rendu visite la guerre terminée.

A la capitulation de l'Allemagne en 1918, Joseph Massart est envoyé en occupation où il est désigné en raison de ses connaissances de l'allemand pour réquisitionner les chevaux dans les fermes. Cette tâche était évidemment mal appréciée par la population et parfois il devait dégainer son révolver pour se sortir de situations critiques. En 1919 il est démobilisé et rentre à Evegnée.

Il s'empresse alors d'acheter une moto pour retourner en Hollande revoir Louise, la fille de la famille qui l'avait alors accueilli. Quelques années après il se marie avec Louise Smeysters et comme on dit : « ils eurent beaucoup d'enfants »…

Comme artilleur, Papa nous parlait de la « GROSSE BERTHA », un canon d'un calibre important. Ci-dessous une description de l'engin :

 

 

 

 


 

  • Nom officiel : M 42

  • Surnom : Dicke Bertha , grosse Bertha

  • Calibre : 420 mm

  • Portée : 12,5 Km

  • Poids total : 70 t.

  • Vitesse d'éjection : 400m/s


 

Please reload