TEMPUS PISCIS : schisme ou séisme ?

05/09/2018

Grand Projet Européen de mise au point de messes par vidéoconférences via l'Internet : Tignée-Evegnée et ses paroissiens désignés comme cobayes par le Vatican. 
(Extrait d'un communiqué de Monseigneur MAURICE, attaché de presse au Diocèse de Liège, paru dans le journal « Dimanche » de la semaine du 01/04/06)


Enjeux.

Devant la désaffection et la dégradation générale des lieux de cultes, aggravées par la pénurie de jeunes prêtres dans la majorité des pays d'Europe, Benoît XVI et ses cardinaux ont élaboré un vaste plan d'action plutôt inattendu par son caractère très virtuel mais aussi très progressiste. Ce modus operandi devrait, à terme et à coup sûr, selon des prévisionnistes, conseillers proches du Saint Père, attirer des hordes de jeunes dans nos églises virtuelles ainsi que les deniers nécessaires pour réhabiliter décemment les plus authentiques chapelles toutes de briques et de pierres bâties... En quelques sortes, une recette magique dont les inspirations se basent sur une fine observation des jeunes en béate jouissance au cours de leurs loisirs multimédia… Si l'Eglise veut traverser le troisième millénaire, elle doit suivre l'évolution de la technologie et tenir compte de la profonde mutation de notre société. Après la révolution industrielle, voici notamment venue la révolution spirituelle.

Principes.

Cent petites paroisses sentinelles (dont Tignée-Evegnée) ont été désignées dans toute la Communauté Européenne pour cette opération de grande envergure. Leur point commun : une communauté chrétienne particulièrement active, engagée et ouverte au progrès. Dans le premier volet de l'expérimentation, les paroissiens cobayes seront « assignés à résidence le dimanche » et ne pourront plus se rendre à la messe ailleurs que devant un ordinateur mis à leur disposition le temps des tests. Cette machine sera de type « portable » (opération « sponsorisée » par un géant de l'informatique bien connu) afin de permettre aux expérimentateurs d' assister à la messe de tout endroit qui leur soit agréable ou pratique : le jardin, la voiture, la chambre ou encore le lieu de travail. Un maximum de paroissiens désignés (les chômeurs et les pensionnés) ou volontaires (chacun étant chichement rémunéré par les nombreux sponsors qui se bousculent déjà) doivent pouvoir remplir leur mission de « sentinelle ». En effet, il y aura au cours de la première phase expérimentale au moins deux messes quotidiennes obligatoires par vidéoconférence et, sans un investissement matériel mobile adapté, l'exigeant protocole d'expérimentation est intenable pour nos brebis cobayes... Les techniques mises en oeuvre ont été religieusement fouillées. Par exemple, grâce à un programme pré installé sur son PC, notre paroissien sentinelle sera appelé automatiquement bi quotidiennement pour les Mâtines et les Vêpres via un puissant et joli son polyphonique reproduit à partir des plus célèbres des vraies cloches européennes... L'appel à l'Office pourra même être dévié sur GSM pour les distraits ou les récalcitrants.

Techniques.

Les cloches cesseront de tinter quand notre brebis aura alors pris sa place devant son ordinateur connecté à Internet et équipé de tout le matériel multimédia nécessaire : casque, micro et webcam. Il n'aura plus qu'à cliquer sur la représentation à l'écran de sa chaise habituelle sise dans la parfaite reproduction de sa propre église, tous les éléments de décoration et d'ameublement y étant fidèlement reproduits. Il lui faudra alors choisir entre un sosie virtuel du prêtre officiant ordinairement à la Paroisse ou un autre... En effet, le logiciel a été conçu pour pouvoir donner un choix infini de visages et tenues vestimentaires au prêtre, laissant ainsi à chaque paroissien le soin de façonner son curé idéal selon ses sensibilités et sa culture… De son écran, notre sentinelle participera activement à la messe comme si elle y était en chair et en os. Elle pourra aussi (moyennant paiement) changer la décoration florale de l'église, allumer des cierges, afficher un ex-voto, faire lire une intention ou même se faire confesser virtuellement après la messe. Pour tout cela, rien de plus facile : il faudra avoir été préalablement inscrit sur le site Internet de la Communauté et avoir communiqué son numéro de carte de crédit. A partir de là, le paroissien pourra aussi, avec son login et son mot de passe, intervenir de manière interactive au cours de la messe. Les nombreuses options qui seront offertes sont encore en développement comme par exemple la possibilité de choix de la chorale avec diffusion des paroles en sous titres pour pouvoir chanter en « karaoké » ou la permission de « chatter » avec un autre paroissien pendant une lecture ou un chant ennuyeux. Un choix parmi différents sermons payants, préparés d'avance avec le plus grand soin pour toutes occasions, sera soumis au vote parmi l'assemblée et une mise aux enchères sera proposée en cas de discordes… Pour la Communion, les hosties préalablement consacrées par un vrai prêtre seront distribuées, collées dans le journal local (Le Vî Tiyou pour ce qui nous concerne) à condition d'y être régulièrement abonné.

Perspectives.

La seconde phase expérimentale portera sur la mise au point plus spécifique des cérémonies relatives aux Sacrements comme les baptêmes, les mariages ou les enterrements. En effet, grâce à la magie de l'informatique, les églises virtuelles pourront être agrandies selon l'ampleur de l'assistance par un simple mécanisme d'élargissement de l'espace entre les murs, chacun restant chez lui devant son ordinateur ou un écran géant de circonstance (location possible via le site Internet de la Communauté). Soulignons qu' il y a là un avantage écologique majeur car on évitera les déplacements inutiles de cortèges motorisés en pleine zone rurale ou dans les embouteillages urbains. Il a même été prévu dans le logiciel un forum de discussion avec, comme cadre virtuel, le parvis de l'église et un choix de la météo pour l'ambiance (payant)…

Au début, il est évident que ces messes par vidéoconférences n'attireront pas assez de monde, alors, en attendant ou pour toujours si la formule rencontrait du succès, des paroissiens figurants virtuels occuperont les chaises de l'église. Via le site Internet de la Communauté, un espace payant sera réservé à ceux qui voudront modeler un paroissien virtuel à installer sur une chaise donnée à une messe d'une date donnée. On pourra lui faire la tête d'une célébrité et l'accoutrer avec les centaines de tenues vestimentaires proposées, des sponsors parmi les grands couturiers se sont déjà proposés pour les garde-robes virtuelles. Dans un souci d'ouverture et d'accueil, l'accès aux chaises des églises virtuelles sera ouvert à tout internaute. L'inscription dans une ou plusieurs paroisses lointaines sera admise, c'est la « multi-paroissialité ». Il sera bien évidemment possible de se promener dans les églises virtuelles en dehors des Offices pour se recueillir, le problème du vol d'œuvres d'art religieux étant écarté par enchantement virtuel : les églises seront en quelques sortes virtuellement ouvertes 24H/24...

Il faut admettre que grâce à tous ces tours de passe-passe, cette nouvelle façon de pratiquer la religion va probablement remettre tout le Monde Chrétien d'accord…

Après évaluations de ces tests in vivo dans les paroisses sentinelles, le Concile Tempus Piscis entérinera le produit bien fini et le livrera au monde des Croyants. Dans le même temps, des méga campagnes d'information dans les médias feront le reste. Un nouveau jeu vidéo éducatif « Tous à la Messe » est en préparation pour ceux qui voudraient s'entraîner ou seraient simplement accros ou en manque de spiritualité.

C'est donc une véritable Armada qui se profile à l'horizon et dans la paroisse de Tignée-Evegnée, on essaie d'y croire au moins un temps… Quant à savoir s'il s'agit d'un schisme ou d'un séisme, on est plus réservé et on noie le poisson.

 

 

Please reload