Découverte du vignoble de Tignée

03/09/2018

Un vin de chez nous

 

Produire son propre vin : tous les passionnés en ont rêvé un jour. Arthur Verleye, lui, s'est lancé il y a 10 ans. Son vin blanc plaît de plus en plus.


Une belle robe, du nez, une bonne tenue en bouche, le vin du Domaine de Tignée a de quoi plaire. Et son viticulteur, Arthur Verleye, n'en est pas peu fier. C'est en suivant des cours sur les arbres fruitiers, une autre de ses passions, qu'il s'est intéressé aux raisins. En 1994, il décide donc de planter quelques pieds de vigne. Aujourd'hui son coteau en compte 110.

 

Deux cépages différents se côtoient dans son vignoble : le Muller Thurgau et l'Auxerrois. Si le second, trop jeune, n'a pas encore offert de vin, « La vigne, c'est comme une jeune fille, il ne faut pas la cueillir trop tôt ! », le premier produit un vin proche du Riesling. Un vin qui, malgré des conditions météorologiques souvent défavorables, rendrait jaloux pas mal de vignerons. « Je veux prouver que c'est possible de faire du vin chez nous. » Un beau pari puisqu'ils ne sont que deux dans le Pays de Herve à avoir osé l'aventure.

 

Le goûter entre amis

 

 

S'il adore consacrer du temps à tailler et soigner ses vignes, l'étape la plus joyeuse reste sans aucun doute celle des vendanges pour Arthur Verleye. L'occasion de fêter la nouvelle récolte ! Mais son vrai plaisir, celui qui le fait rêver, c'est d'ouvrir une de ses bouteilles sur la terrasse lors des soirées d'été et de la partager entre amis.« Je suis toujours curieux de voir ce que ça va donner. » Même si ce n'est pas toujours parfait… « Aux premières vendanges, la vigne a donné un élixir plein d'amertume, sans grande ressemblance avec du vin. »Mais se décourager n'est pas dans le vocabulaire d'un viticulteur !

 

Chaque année, Arthur Verleye apporte donc des corrections. Il étudie les paramètres, calcule les valeurs idéales. Car le vin, il en a fait sa passion, son passe-temps mais aussi le fruit d'un travail scientifique. Ici tout est précis, calculé, *****ysé. « En tant que chimiste de formation, je me fie aux valeurs scientifiques, j'effectue des titrages précis pour calculer la teneur en sucre et en acidité du vin. Certains ne se basent que sur leurs sens. Ils goûtent le moût, rectifient et font de très bons vins au final. Mais moi, je ne peux pas encore me le permettre. »

 

Si vous avez la chance de goûter à l'une des 150 bouteilles annuelles du Domaine de Tignée, faites plaisir au vigneron : prenez le temps de l'apprécier et laissez-le dérober tous ses arômes. Car de l'avis d'un professionnel, ce vin, « il a du nez ! »

La floraison détermine tout.

 

C'est la floraison de la vigne qui va déterminer toute la saison du viticulteur. Le centième jour suivant les premières fleurs signe en effet le début des vendanges. Coupés, les raisins passent alors à la balance et au triage, qui consiste à jeter les pois abîmés, pourris ou séchés. Un triage qui est une étape cruciale et déterminante pour la qualité du vin. Foulés, les raisins donneront ensuite le moût, le jus de raisin encore bien éloigné du résultat final. Arthur Verleye espère faire reconnaître son vin, actuellement désigné sous la nomination "Côtes de Sambre et Meuse", comme appellation d'origine contrôlée. Le viticulteur a déjà envoyé des bouteilles à la Région Wallonne dans l'espoir d'obtenir cette reconnaissance.

 

   Arthur fait découvrir son vin aux villageois lors des fêtes d'Août 2004

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Cet article de Vinciane Colson a été publié dans le journal "Le Jour" en avril 2005

 

 

 

 

 

 

Please reload