Balade n°2

03/09/2018

 

Saive ou un voyage express à travers le bon ou le mauvais temps…

 

 

Tour d'horizon

Pour notre balade de saison numéro 2 nous sortirons à Saive aux portes de notre village et aux portes du prinemps

 

Les vents sont fréquents et violents à cette époque, venant en général de l’Ouest, les nuages sont surchargés d’eau et, comme la terre n’est pas encore réchauffée, les condensations atmosphériques sont nombreuses et les précipitations sont accompagnées de neige et de grêle. Cette promenade vous fera traverser petits bois humides et champs à découvert, alors équipez-vous bien si la météo est incertaine…

 

Mais la sortie en vaut la peine, vous ne serez pas déçus car les quelques 7 Kms de balade seront faits de décors variés et chargés d’histoire pour qui s’y intéresse un brin et nous avons essayé de vous aider en documentant au mieux cette escapade … Aussi, vous aurez peut-être la chance de croiser au détour d’un chemin un perce-neige, un narcisse, une jonquille, une pâquerette, une primevère ou un coucou des bois !     C’est aussi le moment de guetter les chatons sur les saules, les aulnes ou les noisetiers … Et bientôt viendra le temps des grenouilles, des crapauds et de leurs œufs pondus en paquets même dans de petites mares …

 

Mais tout le reste vous le découvrirez par vous mêmes

 

En route ...

 

Feuille de route

 

Notre promenade numéro 2 débute à Saive, depuis la très pittoresque Place du Mousset tout près de ce qu’on nommait jadis le « Bois du Mousset » où des chênes plusieurs fois centenaires y croissaient encore il y a quelques années, la partie inférieure du bois était souvent dénommée « Bas-Bois ». Le hameau du Mousset (En Mousset -1279-, en Mouget -1430-, en Muset -1554-, sur Mouchet -1548-, en Moussay -1807-) est situé dans le vallon, au point de rencontre de la Julienne et du Ruisseau d’Evegnée. Pour donner une signification à cette dénomination, les toponymistes suggèrent de donner le sens de « confluent », endroit où une rivière « mousse » (sens wallon), ou pénètre dans une autre. Le Mousset possède une petite chapelle où l’on vient invoquer Notre-Dame-des-Sept-Douleurs. Autrefois (dès 1839) une foire annuelle pour la vente de toutes espèces de bestiaux s’y tenait, c’était la « Foire aux Cochons ». 

 

Empruntez la rue Cortil Moray  qui du XIII ème au XVI ème siècle se nommait « Voie du Plaiteu », c’était le chemin qu’empruntaient les habitants du Mousset pour se rendre aux plaids de la Cour de Justice. Ce chemin porta également le nom de « Wérixhas Maghin », le terme « wèrihè » désigne un terrain vague servant d’aisance communale et où il y avait un abreuvoir. 

 

Vous arrivez à l’église de Saive, style Renaissance Mosane, placée sous le patronage de Saint-Pierre. Remarquez le curieux buste de Saint Pierre au-dessus de la porte d’entrée. Si c’est possible, pénétrez dans le vieux cimetière qui entoure l’église où sept croix funéraires très anciennes (XVI-XVII è s) sont encastrées dans le mur Nord de l’église. Derrière la sacristie, vous observerez les pierres tombales de la famille Pirquet qui occupa le Château de Méan à Saive rue Cahorday. La signature de Pierre Pirquet figure dans l’acte de mariage du futur Léopold II et de Marie-Henriette d’Autriche (1853), il était conseiller intime de l’Empereur d’Autriche. Une autre tombe remarquable dans le cimetière est celle d’un grand patriote : Albert Régibeau, avocat et résistant de la seconde guerre mondiale arrêté par la Gestapo, torturé et déporté dans différents camps de concentration dont les noms sinistres sont gravés sur la pierre tombale. 

 

Empruntez maintenant la Route du Grand Moulin et remarquez sur votre gauche les bâtiments du presbytère avec une porte cochère aux armes de la famille de Saive et portant la date de 1699. Le Grand Moulin , était construit au pied du Vieux Château et existait déjà au XIII è siècle. Le site du Vieux Château était occupé dès la Préhistoire et il domine le confluent de deux ruisseaux : la Julienne ou Saivelette et le Ruisseau des Claires Fontaines ou des Fosses. Des fouilles du château ont eu lieu à plusieurs reprises, notamment par Marcel Otte (qui habitait Evegnée) en 1970-1971. Pendant la guerre 40-45, la ferme du château devint le refuge d’un résistant de marque : le professeur et dramaturge wallon Charles-Henry Derache qui enseignait à l’Ecole Moyenne du Boulevard Saucy. Le contact avec la résistance était maintenu, entre autre, par l’intermédiaire d’un élève de l’école qui habitait Housse : Nicolas Donnay, le futur poète wallon. 

 

A hauteur de l’ancienne Laiterie Ruwet (N° 79 B) , montez à gauche dans un petit chemin boisé qui vous emmène dans la rue Vieille Foulerie  dont le tracé est celui de l’ancienne voie du tram vicinal Liège-Barchon. La Foulerie n’est autre que le Moulin Devigne. Certains de ses bâtiments annexes se situaient près de l’actuelle station d’épuration. 

 

Quand vous croiserez la rue de la Source après le 41 du Chemin de la Vieille Foulerie, tournez à gauche et empruntez le petit chemin qui monte dans le bois et vous mènera à l’Eurotennis à Barchon rue Camus et ensuite avant le tournant rue Chefneux que vous prenez ainsi que le premier chemin à droite qui vous conduit dans le Bois de Saivelette  jouxtant la tranchée de Cheratte (E40 Bruxelles - Aix La Chapelle). Laissez-vous descendre par ce chemin et en bas, tournez à droite après le petit pont au-dessus du ruisseau. 

 

Vous arrivez rue Saivelette, laissez le pont de l’autoroute à votre droite et tournez à gauche avec un œil sur la sorcière encastrée dans la façade de la maison de l’orée du bois... Vous traversez un quartier résidentiel aéré, formé d’une majorité de maisons blanches

 

Sur votre droite juste avant d’arriver rue Légipont, vous remarquerez une prairie toute plantée des ces poiriers « légiponts » reconnaissables car fort hauts et fort pointus.

 

Au croisement de la rue Saivelette et de la rue Légipont, tournez à droite et une fois au carrefour avec la rue de Rabosée, tournez à gauche et marchez jusqu’à la Place des Fusillés

 

Si un monument aux morts mérite une halte et le château ferme qui y fait face vaut le coup d’œil, surtout en hiver où le peu de végétation laisse un champ visuel bien dégagé

Ensuite vous prendrez le chemin de Rabosée et vous arpenterez un bon moment la rue de la Sarte à travers champs en bonne partie jusqu’à la rue Cohy que vous emprunterez en admirant au passage sur votre droite cette ferme (1690 ?) dont le pignon est tout en colombages

 

Vous chercherez directement après un petit chemin, toujours à votre droite et dont l’accès étroit se fait entre deux piquets (il semble que l’ancien échalier ait été supprimé) Ce petit sentier très agréable et méconnu (le sentier du Crucifix, 1848) vous ramènera Chemin du Frise que vous croiserez en mettant le cap à gauche et tout de suite à droite sur la rue des Dragons. Une fois rue Haute Saive vous descendrez, laissant la caserne à votre droite vers la Place de Saive. Vous reprendrez la rue Cortil Moray et votre voiture si vous l’avez laissée Place du Mousset

 

A moins que vous ne savouriez auparavant quelque libation au Café du Centre  près de l’église … 

 

Carte détaillée et photos

(Carte IGN  préparée par  Jean Dambermont)

 

Renseignements pratiques

 

  • Départ : rue du Mousset à Saive. Possibilités de parking sur la place

  • Timing :120 minutes ou 2 heures en prenant bien son temps

  • Distance 6.991 mètres

  • Poussette : Iui en portant une peu Vélo de route : Non VTT : Oui mais   un échalier Cheval : Oui mais  éviter un échalier Chien : oui avec laisse

  • Passages  dans  des sous bois parfois humides, s’équiper.

  • Source pour la dociumentation de cette balade :  « Promenades Historiques à Saive, Notes de Toponymie et d’Histoire » par Georges ABRAHAM. Collection Comté de Dalhem.

 

 

Please reload