Rechercher
  • EF

LE PLAFOND DE LA NEF DE LA CHAPELLE D EVEGNEE


Dans l'entité du grand Soumagne, il y a deux églises aux plafonds décorés de panneaux peints.

L'église Saint-Lambert de Soumagne et la chapelle Notre-Dame d'Evegnée.


L'église actuelle de Soumagne date de 1686. Un incendie en a détruit presque entièrement le mobilier en 1694. La reconstruction est terminée en 1705. Le célèbre plafond en panneaux armoriés date de cette époque. Les plafonds des bas cotés seront à leur tour ornés d'armoiries lors de la restauration de 1852(extrait de l'histoire de Soumagne de Sylvia Fagard).

Le plafond décoré dans les caissons délimités par des poutres de la nef de la chapelle d'Evegnée est une initiative du Curé de la paroisse Octave Mélon (1918-1954); il date de la restauration de la chapelle entre 1919 et 1925 par les menuisiers Habray et Franck de Bellaire. La réalisation est attribuée aux frères Cambresier qui sont considérés comme des petits maîtres certes talentueux mais de moindre renommée que leurs confrères liégeois Auguste Donay, Emile Berchmans, François Maréchal, ou encore Armand Rassenfosse... (La chronique de l'Université, ULG de Maryléne Zecchiron). Leur père François-Joseph, né à Visé le 10 mars 1813, est instituteur communal. Ils sont respectivement 7ème(Jean Cambresier Lixhe 1856-Liège 1928) et 9ème (Joseph Cambresier Lixhe 1861 –Liège 1932) d'une famille de dix enfants.

L'abbé Mélon fait appel à Joseph Cambresier pour décorer le plafond de la nef et du chœur de la chapelle d'Evegnée. Pour obtenir de quoi rémunérer l'artiste, il lance un appel aux dons, les généreux donateurs sont principalement des paroissiens d'Evegnée. En effet depuis la création de la paroisse de Tignée-Evegnée, il y a toujours eu une rivalité entre les deux conseils communaux!!!

C'est ainsi que la première peinture ( Vase honorable) fut offerte par Melle Victorine Massart qui habitait dans la maison actuelle chez Meys.

La seconde (rose mystique) par Melle Victorine Homperch.

La troisième (Saint Rosaire) par la famille Mélon (Petit parents de Mr le Curé).

La quatrième (Trône de la sagesse) parMelleCatherine Etienne

La cinquième( St Esclavage) par la famille Auguste-Bière.

La sixième (arche d'alliance) par Melle Marie et Julien Chèvremont.

La Septième(tour d'ivoire) par Melle Marie Lewalle.

La huitième (le Saint Scapulaire) par la famille Massart Massart .

La neuvième (Maison d'Or) par la famille Chèvremont-Bony

La dixième (Miroir de Justice) par la famille Dernier,.

La onzième (La médaille miraculeuse) par la famille Bony-Demonceau.

La douzième (Porte du Ciel) par la famille Weertz Denis.

la grande peinture du choeur est un don de Catherine Seuvrée dAyeneux maitresse de couture à l'école d'Evegnée et de la famille Krémer Rutten . Le Curé souhaite que la Vierge du Magnificat d'Evegnée soit représentée au centre du chœur Elle apparait dans une mandorle dorée et est couronnée par deux anges ; à gauche et à droite des angelots émergent des nuées et viennent assister au Couronnement (Marylène Zeccchinon) Plusieurs visages d'anges sont des portraits d' enfants de la commune. On reconnait notamment les enfants Weerts, Victor Detrembleur et les nièces du curé Mélon

Joseph Cambresier utilise une peinture à l'huile sur une toile qui est marouflée sur bois. Le placement des peintures du plafond a duré plusieurs années.

Le peintre exécutera aussi, à la demande de plusieurs d'habitants, des tableaux de la chapelle et du village de Tignée.

Longtemps il collabore avec Joseph Osterrath (1878-1951), célèbre maître verrier de Tilff, qui c'est distingué par la réalisation de peintures sur verre et sur assiettes en céramique.

Vers 1925, Le curé Mélon fera de nouveau appel à Joseph Cambresier pour qu'il représente dans la partie supérieure des deux nefs de l'Eglise de Tignée les armoiries des Seigneurs de Tignée. Une fois de plus il sollicitera la générosité des paroissiens de Tignée pour permettre la réalisation de cette œuvre.

Joseph Cambresier quitte ce monde le 31 janvier 1932. Il succombe à une crise de delirium tremens aiguë car outre le genièvre, il consommait également de l'absinthe.

#GuyMassart #Villageethistoire #Villageetpatrimoine #2014